SEO : n’en faisons nous pas de trop ?

Quelques années passées au sein de la communauté seo, aucune idée du nombre exact, et au final ce n’est pas important.

Le métier change (entre blogs SEO en jachère, commentaires de blogs fermés et forums qui tournent en rond) et je n’y suis pas réfractaire, c’est juste dommage pour la jeune garde. On navigue tranquillement vers une sphère seo aseptisée, atomisée par le poids des responsabilités, alors que le métier n’a jamais été aussi passionnant.

J’en suis le premier responsable, je publie moins, je commente moins, et je ne prends même plus la peine de me connecter pour répondre sur un forum. C’est à peine si j’arrive à prendre le temps de consulter ma timeline pour voir les articles des confrères et amis.

J’ai décidé de faire autrement, je téléphone, je skype, je fais un mail et je me déplace pour voir les gens.

J’ai trouvé des choses, des techniques et méthodes qui montrent leur efficacité. J’ai des choses à dire, mais pourquoi je ne les partage pas ? Je ne sais pas. La peur de perdre un avantage concurrentiel ? La peur de dévoiler une technique qui fait vivre d’autres gars qui en ont réellement besoin ? Pour être honnête, je ne trouve pas les réponses. Je crois que je suis las tout simplement.

Il n’est pas question dans ce billet de nostalgie, mais d’une réflexion globale sur le sens et l’importance de notre présence au sein des internets. Au début, tu arrives et tu veux tout arracher, faire ta place, devenir le meilleur des meilleurs et pour cela tu t’inspires des plus grands.

Tu te délectes avec convoitise des bribes d’informations posées délicatement sur les blogs des professionnels. Tu fais des tests, tu fais preuve de maladresse(s) et arrive le grand jour : tu parviens à générer des revenus de ton centre d’intérêt.

Souvent devenu ta passion, tu consacres ton temps libre à rattraper ton retard sur les meilleurs. Chaque projet confié, projet personnel ou projet « prestation », devient un combat, une lutte acharnée pour laquelle tu consacres corps et âme. Tu n’as rien prouvé, et tout à faire.

Mais au final qui est le meilleur ?

Probablement celui dont on entend jamais parler… mais que l’on piste scrupuleusement et dont on n’hésite pas à s’inspirer.

Au final, tu parviens rapidement à obtenir des résultats, car il faut le dire, 75% des sites en ligne, sont de véritables passoires, assemblés dans le but d’être insignifiants aux yeux de Google.

La justification est simple, trop simple, et à la fois fois conflictuelle : l’optimisation moteurs n’est pas une réflexion ancrée dans le processus de communication en ligne.

Fort heureusement, les choses changent, le travail d’évangélisation mené par Google commence à porter ses fruits, et les seo’s en bons pèlerins s’empressent de prêcher la bonne parole qui satisfera à coup sûr les charges de crawl imposées aux datacenters.

Nous sommes au cœur du sujet : un web optimisé pour un seul acteur, le seul, qui justifie le déploiement de ressources humaines et techniques car vecteur d’une part prédominante de trafic et par conséquent de chiffre d’affaire.

(PS : ne pas oublier de rendre ton site accessible aux mobiles.. de préférence Android…)

Après tout, que chacun fasse comme il l’entende, je suis le premier à vivre EXCLUSIVEMENT de revenus générés par l’intermédiaire de l’annuaire Google. Il a son éthique, ses méthodes, et son succès n’est que trop peu contesté par l’opinion public. Il profite donc d’un boulevard, et il ne s’en prive pas. Une raison largement suffisante pour lui faire avaler autant de bouillie qu’il pourra en avaler, autant de liens qu’il pourra en gober… #SpamdexingPowa

Seo, internets et valeur ajoutée ?

Vecteur de communication, l’internet ou les internets, demeurent une variable quasi indispensable pour de nombreux agents économiques. Est-il pour autant justifié et justifiable pour tous les agents ? Entre spéculation, out-sourcing à outrance et marges négatives, peut-on considérer la libre concurrence comme un vecteur de croissance ? Des milliers d’emplois créés par l’intermédiaire d’internet, et combien de sacrifiés ? C’est une révolution technologique violente dans laquelle chaque intermédiaire doit endosser sa part de responsabilité.

Quelle croissance ?

Est-ce que la croissance doit se mesurer en évolution du PIB et au nombre d’emplois précaires créés ? Doit-on se satisfaire des centaines d’emplois précaires à temps partiel créés par les géants du web ? Peut-on jubiller de la réussite de multinationales qui s’affranchissent de l’impôt ? Est-il possible d’envisager la notion de concurrence déloyale sur les territoires sur lesquels des géants du web agissent en toute impunité  ?

Le SEO la solution à tous vos problèmes ?

J’ai une idée, un concept, ou je suis tout simplement en situation d’échec, alors je me lance dans le web. Ça cartonne, je vois des dizaines de reportages à la télé, c’est l’avenir…

Sans me poser la question de mon modèle économique, je décide d’envoyer la sauce et si ça marche, j’oublie tout simplement mon rôle d’entrepreneur : innover, créer et investir.

Du coup, pour un budget limité, je peux rapidement tester mon business model. Parfait, il y a moyen, mais j’en veux toujours plus, et je décide d’arbitrer sur le SEO, trafic gratuit qu’on m’a dit…

Alors je fonce. Vendant quasiment à perte, le SEO me permet pour la première fois d’atteindre l’équilibre. J’y suis, c’est bon. Je ne manque pas d’oublier les principaux piliers de entrepreneuriat : l’innovation et la création de valeur ajoutée.

Quelques années de recul, démontre que ces business là se font littéralement éclater tôt ou tard par Google. Si vous ne me croyez pas, regardez les comptes de résultat des principaux marchands en ligne.

6 Comments

  1. Stéphane 19 mars 2015 à 12 h 45 min

    Je suis complétement d’accord avec le dernier point. Le SEO n’est pas la solution à tous les problèmes. Bon nombre d’e-commerçants se lancent en misant tout sur le SEO. Le problème c’est qu’ils n’ont pas fait d’étude de marché avant de se lancer. Et là on les voit se vautrer royalement. Leur business plan est semi foireux. Ils ont investi dans une activité qui ne rapporte pas. Ils veulent créer un besoin qui n’existera probablement jamais. J’ai ai vu pas mal dans ce cas qui au bout de deux ans, font un dépôt de bilan.

  2. David @netlinker1 19 mars 2015 à 17 h 29 min

    je vois que tu as commencé a rédiger tes mémoires 🙂
    très profond tout ça 🙂

  3. Petrus 11 avril 2015 à 22 h 49 min

    Donc selon vous, il est impossible pour une entreprise de faire sa place sur Internet ?

    1. Patrice 4 décembre 2015 à 20 h 34 min

      Impossible non, cela dépends de la niche (ou pas, j’ai réussi à placer des sites sur des sujets concurrenciels, mais j’ai travaillé pendant 2ans, il faut donc les reins solides…, j’ai bien sur aussi connu des echecs cuisants ) , et aussi du coeur à l’ouvrage que l’on y met. Et il faut être prêt à se prendre un « penguin » ou autre animal dans les dents un jour ou l’autre, on n’est jamais à l’abris…

  4. Guillaume Dardier 25 mai 2015 à 17 h 38 min

    J’adore tes goûts musicaux l’ami 🙂 T’as essayé de m’appeler la semaine dernière ?

  5. louisa 22 juillet 2015 à 19 h 16 min

    En effet, si les commentaires de blog se ferment les uns apres les autres, les seo seront privés d’un moyen interessant pour faire du netlinkling, cela fait partie d’un tout avec une bonne qualité de rédactionnel naturellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *